Éditorial du Mois

Recherche la paix et poursuis-la

***

 « La paix est la tranquillité de l’ordre »

 Cette phrase très connue de saint Augustin pourrait être prise comme résolution alors qu’une nouvelle année liturgique commence.

Bousculés que nous sommes par l’agitation de nos multiples préoccupations, déstabilisés par des nouvelles toujours inattendues et souvent peu agréables à entendre, fatigués par le poids d’une vie matérielles toujours plus compliquée, et inquiets en face d’un avenir qui peine à se montrer optimiste, nous recherchons la paix.

Et à travers cette recherche, nous sentons bien que si nous nous laissons submerger par l’agitation, nous perdrons l’équilibre qui nous permets encore d’avancer.

Le début de l’année liturgique qui commence avec ce premier dimanche de l’Avent vient donc à point nommé pour nous recentrer sur l’essentiel. C’est une occasion de plus pour retrouver des habitudes saines et équilibrantes.

Certes, celui qui va venir dans quelques temps dans la petite crèche de Bethlehem n’a pas dit qu’il était venu apporter la paix, mais le glaive ! Or ce glaive doit servir à trancher sans hésiter le mal qui veut nous faire tomber. Ce glaive est celui qui, d’abord dans notre cœur, doit frapper nos mauvais penchants, couper net nos mauvaises habitudes afin de permettre à de nouvelles bonnes habitudes de grandir sans danger.

Alors seulement, la paix arrivera. Elle résidera d’abord dans notre cœur, dans notre conscience d’où nous aurons banni toute forme de duplicité, toute dissimulation. Elle pourra alors rayonner aux alentours.

D’une façon peut être encore plus concrète, ce glaive que nous propose notre Seigneur doit être cette volonté ferme de se poser les bonnes questions, d’y apporter des réponses honnêtes et d’avoir le courage de les mettre en pratique.

La phrase de Saint Augustin résume en peu de mots tout cela. Mais elle est descriptive. Elle énonce un état de fait, puisqu’elle définit ce qu’est la paix.

Pour nous aider dans notre action, il nous faut la lire pour ainsi dire à l’envers. L’ordre établi dans notre vie nous procurera la tranquillité dans laquelle une paix durable peut s’installer. Mettons de l’ordre dans notre vie, afin d’avoir cette tranquillité durable dans le fond de notre âme : une paix s’établira peu à peu et avec elle nous pourrons construire l’édifice de notre vertu patiemment et solidement.

Car là est le but que devons viser. Il ne s’agit pas d’établir une paix inactive et mollassonne et oisive. Il s’agit de donner à notre âme le calme nécessaire pour intensifier notre coopération à la grâce divine et nous construire des âmes de saints.

Il n’y a qu’auprès de Notre Seigneur, comme dans le calme de Bethléem, que nous trouverons le temps, la force et la grâce d’entamer ce travail. Car Lui seul possède cette paix véritable et inattaquable qui vient de son intimité parfaite avec la Très Sainte Trinité à travers l’union hypostatique.

Par sa seule présence, Notre Seigneur change la plus petite chapelle, comme la plus imposante cathédrale en un havre de paix au sein duquel nous pouvons venir puiser.

L’heure de ces résolutions a donc sonné et nous ne pouvons que trouver des encouragements en voyant Marie et Joseph, ainsi que les bergers, autour du berceau, le 24 décembre prochain, transformant ainsi cette modeste étable en la faisant devenir  « Le seul coin de la terre où tout devient docile* » !

Bon et Saint Avent

Abbé Perret

 

* Charles Péguy « 5 prières dans la cathédrale de Chartres »